Quand on ne cuisine pas de cookies, on les utilise en ligne pour mieux vous servir ! - When we don't bake cookies, we use them online to provide you with the best possible experience !

OK

<< RETOUR AU SOMMAIRE DU BLOG

Du merveilleux dans l'air

Calendrier de l'Avent Affaires pâtissières 2018

Il était une fois, au bord d’une rivière, un inventeur de bonheur nommé Lunéammel. Nuit et jour, il travaillait à la fabrication de recettes, toutes plus magiques les unes que les autres, un zeste de citron, un extrait d’amandes, un arôme d’orange, une pâte de chocolat, tout se transformait et partait à la conquête des palais rendant ainsi les gens toujours plus heureux.

Il vivait dans une petite maison, à la lisière d’une grande forêt de sapins, de trembles et de hêtres.

En automne, les bois se coloraient de jaune, d’orange, de vert, de marron ; les oiseaux chantaient l’odeur des vergers et de la vigne et là-bas, tout au fond des bois, les chauves-souris s’endormaient, les écureuils faisaient leurs provisions, les hérissons se roulaient en boule sous les feuilles mortes, la forêt se préparait à l’hiver.

Et l’hiver arriva. Une épaisse couche de neige blanchit les prés, les collines et la forêt. Le vent se mit à souffler et à faire danser les flocons.

En cette veille de Noël, des étoiles de glace se dessinèrent sur les fenêtres de la petite maison de Lunéammel.

- Qu’il fait froid ! se dit Lunéammel, la neige semble rester et le froid s’installer et il ne me reste plus que quelques bûches pour le feu. J’ai été tellement occupé que j’ai oublié d’aller en chercher dans la forêt.

Il mit ses bottes, sa veste fourrée, son chapeau et partit dans la forêt ramasser du bois.

Lunéammel longea la lisière du bois ramassant de ci, de là, s’enfonçant dans la forêt. Un bruit attira son attention.

Assise sur une souche, une fée pleurait…

Ma robe est coincée gémissait-elle, jamais je ne pourrai la détacher sans l’abîmer, je vais geler sur place.

Lunéammel fouilla dans sa besace et sortit une bouteille de délicieux chocolat chaud. Tiens, bois, ça te réchauffera. Il s’agenouilla et patiemment décoinça, sans la déchirer, la robe de la fée. Une fois libérée, celle-ci sauta sur place, ravie.

- Tiens, pour te remercier, un peu de poudre d’étoile. Où que tu aies mal, il te suffira de déposer un peu de poudre et envolée la douleur !

Lunéammel quitta la fée et repartit. La nuit tombait, il ne fallait pas qu’il traîne.

Alors qu’il se penchait vers une grosse branche, une forme sombre attira son attention. Une chouette gisait à côté de la branche. Lunéammel la ramassa et doucement la réchauffa.

- Aide-moi dit la chouette, j’ai tellement froid que je ne peux plus bouger mes ailes. Je crois bien qu’elles sont brisées.

Lunéammel prit le petit sac de poudre d’étoile que la fée lui avait donné et doucement en déposa sur les ailes de la chouette. Rapidement, celle-ci déploya ses ailes et s’arracha une plume.

- Je n’ai plus mal, même pas la plus petite douleur. Merci ! Tiens, prends cette plume. Elle te permettra de voler lorsque tu seras en difficulté.

Lunéammel remercia la chouette et continua son chemin. Alors qu’il arrivait au bord d’une crevasse, un cri brisa le silence.

- Hou, hou, aide-moi, je ne peux sortir de ce trou. La nuit tombe et je vais geler sur place. Lunéammel s’avança et vit au fond du trou un grand loup gris.

- N’aie pas peur, je ne te mangerai pas, je veux juste sortir de ce trou.

Lunéammel réfléchit et détacha de son chapeau la plume que lui avait donnée la chouette. Il l’envoya au loup.

- Prends cette plume dans ta gueule, elle te permettra de voler et d’ainsi sortir du trou.

- Formidable cria le loup, il prit la plume et s’envola, laissant à Lunéammel une touffe de poils. Reviens au printemps avec cette touffe de poils et je t’offrirai un de mes louveteau, il t’accompagnera ainsi dans tes promenades.

Lunéammel la ramassa et continua son chemin.

La nuit était tombée… Lunéammel tourna sur lui-même. Jamais je n’arriverai à retrouver mon chemin pensa-t-il, je suis perdu.

Les silhouettes des sapins, des hêtres et des trembles dessinaient sur le ciel sombre d’immenses ombres. Un vent glacial soufflait, tourbillonnait ; la neige se mit à tomber flocon après flocon dansant une étrange valse et recouvrant Lunéammel. Les flocons devinrent plus légers et les étoiles s’allumèrent dans le ciel devenu pâle. La paix régnait sur la forêt.

Au matin, la chouette qui planait au-dessus de la forêt aperçut une petite montagne de neige au milieu. Elle s’approcha et de ses ailes ébouriffa la neige. Elle vit alors le chapeau de Lunéammel apparaître. Vite, elle vola aux quatre coins de la forêt pour prévenir les créatures qui y vivaient. Elle réveilla même celles qui dormaient depuis l’automne.

- Venez ! Courrez ! Sautez ! Lunéammel a besoin d’aide.

Et des collines et des vallées, de la forêt et des sentiers, le loup, la chouette et la fée en tête, tous se précipitèrent vers la petite montagne de neige.

Doucement, ils se mirent à souffler chaudement. La neige se mit à fondre et la silhouette de Lunéammel apparut. Un peu de poudre d’étoile, quelques rayons de soleil, la fourrure du loup, quelques plumes de chouette et le corps de Lunéammel se réchauffa. Il ouvrit les yeux et vit, autour de lui les animaux qu’il aimait tant et qu’il avait si souvent aidé.

Ceux-ci souriaient et chuchotaient doucement : « Joyeux Noël Lunéammel, joyeux Noël ! »

Et tous se mirent à danser la ronde de l’amour, de la joie et de la paix pour fêter le réveil de leur ami.

Conte offert par Marie-Louise Hansen Guerbas de Les Olmes (69) qui s'est inspirée du calendrier de l'Avent 2018 illustré par Nathalie Virot de La Petite Académie.

Calendrier de l'Avent 2018 Affaires pâtissières - Du merveilleux dans l'air

Calendrier de l'Avent 2018

<< RETOUR AU SOMMAIRE DU BLOG